De fistule en cratère: HEKLA LAVA

Un cas de fistule osseuse :
Bernard, 45 ans, vient me voir en juin 1999 pour une fistule de l’os maxillaire supérieur gauche : du pus s’écoule dans la bouche par un petit pertuis de la gencive. Je connais Bernard depuis plus de 20 ans et je sais combien il est méticuleux, soigneux, soucieux du détail et du travail bien fait. D’apparence très calme, il est en fait capable de bonnes colères quand ça déborde, mais sans jamais aller jusqu’à la méchanceté. C’est quelqu’un qui a plutôt chaud que froid. Il n’a pas de désir alimentaire particulier, mais apprécie la bonne cuisine. Je remarque un amaigrissement du visage.

Je lui donne SILICEA 12, 15, 30 CH. La suppuration va cesser pendant deux mois.

Si l’on veut répertorier (logiciel RADAR/SYNTHESIS) :
BOUCHE, fistule
VISAGE, amaigrissement
PSYCHISME, consciencieux
PSYCHISME, colère par la contradiction

En septembre 99, la suppuration reprend, minime. Bernard se plaint de douleurs des attaches tendineuses. Il a aussi des petites verrues planes sur les mains. Bernard se dit un peu dépressif, n’ayant pas goût à grand-chose, et manquant de confiance en lui. Je lui donne FLUORIC ACID 200 K et de la teinture-mère d’HYPERICUM. Suite à quoi la fistule perdure, tandis que le moral redevient correct.

Le 1er décembre 99, Bernard revient. La fistule du maxillaire supérieur n’en finit pas de donner du pus. Après une répertorisation informatique peu satisfaisante, je me plonge dans ma bibliothèque et en déduis que HEKLA LAVA pourrait être une solution possible.

HEKLA LAVA 30 K, 2 granules une fois par jour, est commencé le 3 décembre. Le 15 décembre, une boule formée sur la gencive se rompt et libère une grande quantité de pus. Cette boule était présente depuis environ 2 mois. Le 17/12, le pus continue à couler. Je décide de continuer le même remède, mais en phase liquide : 5 globules dilués dans 30 ml d’alcool à 30°, secouer 100 fois le flacon. Matin et soir, secouer 3 fois le flacon et prendre 10 gouttes dans un peu d’eau, pendant 3 semaines. Bernard a pris rendez-vous chez un stomatologiste, qui après une fistulographie propose une intervention chirurgicale sur le maxillaire supérieur.

Mais avec HEKLA LAVA l’écoulement se tarit rapidement. Le stomatologiste constate qu’il n’y a plus rien, et qu’il n’y a donc plus besoin de chirurgie.

Le 25 août, tuméfaction douloureuse d’un ganglion sous-maxillaire gauche, qui disparaît le lendemain. La fistule ne s’est pas manifestée depuis 9 mois, mais on a la sensation que le problème n’est pas réglé complètement. J’adresse Bernard à un confrère qui mesure les courants électriques entre les dents porteuses d’amalgames et couronnes (effet de pile). Une couronne en argent semble poser problème.

En décembre 2000, la fistule silencieuse depuis un an se remet à couler. Je redonne HEKLA LAVA 30 K en gouttes, et conseille l’ablation de la couronne en argent et son remplacement par une résine.

Aux dernières nouvelles (17/4/2001), tout est rapidement rentré dans l’ordre… et la couronne en argent est toujours là ! " Il faut que je vienne te voir pour ma colite ", m’a-t-il dit au téléphone. Cette remarque confirme que si HEKLA LAVA est un magnifique chirurgien homéopathique, il ne faut cependant pas en attendre de guérisons profondes.


Hekla lava. généralités :

Nature et composition
Il s’agit des cendres du volcan Hekla, qui culmine à 1491 m en Islande. On utilise la cendre la plus fine tombée dans les endroits les plus éloignés du cratère. La cendre de l’Hekla est composée de silice, aluminium, calcium et magnésie, avec un peu d’oxyde de fer. Il semblerait que les cendres émises lors de certaines éruptions contiennent aussi du fluor. De fait, certains symptômes rappellent Fluoric acid.

Historique
En introduction de la matière médicale de Hekla lava, Hering dans ses Guiding Symptoms cite intégralement une lettre de Garth Wilkinson, vers 1870. Voici des extraits de ce texte.

" Les effets pathologiques constatés sur les moutons vivant à proximité de l’Hekla, sont des exostoses maxillaires énormes. Ces tuméfactions lâches ont tendance à s’étendre. Leur coloration est plus foncée que celle de l’os lui-même. Elles forment des masses qui peuvent être séparées, disséquées de l’os. Mais dans quelques cas mortels on découvre, dans l’os sous la tuméfaction, un trajet fistuleux aboutissant à la moelle osseuse.
On note également le tarissement de la sécrétion lactée chez les brebis et les vaches. La cendre la plus fine qui tombe sur les endroits les plus éloignés du volcan, est particulièrement nocive.
Chez les vaches, l’autopsie objective dans l’intestin des cendres agglomérées en masses dures, caillouteuses ; l’estomac est tapissé par une membrane noire comme de la poix, tachetée de marron ; les dents sont recouvertes de croûtes d’aspect métallique, brillant. Toujours chez les moutons, les dents et les os en général sont très atteints.
La mort de plusieurs poulains fut provoquée par la présence de grosses masses dures, sur les os maxillaires. Ces tuméfactions sont si grosses, qu’elles occasionnent la luxation du maxillaire et la mort par impossibilité de s’alimenter.
Les os crâniens et spécialement les maxillaires sont augmentés de volume, et tellement friables que, lorsqu’on les fait bouillir, ils se brisent en morceaux.
Les os de la cuisse et le tibia sont augmentés de volume et incurvés ".

Hering ajoute ce commentaire : " J’ai utilisé Hekla dans les odontalgies, les tuméfactions maxillaires, avec des résultats quasi magiques dans plusieurs cas. J’ai obtenu également de bons résultats dans les cas d’abcès gingivaux par caries dentaires, et pour les douleurs des éruptions dentaires ".


Usage clinique :
Nous avons vu comment ce médicament s’était imposé à l’esprit perspicace de Wilkinson. Ce médecin londonien a déduit de la toxicologie des fines cendres du Mont Hekla sur les animaux, les usages possibles en médecine humaine. Les résultats ont été à la hauteur de ses espérances, et confirmés par des générations d’homéopathes.

Dans ce chapitre sont intégrés, en plus des symptômes de Hering et Wilkinson, les 57 symptômes colligés dans le Répertoire SYNTHESIS.

Stomatologie
C’est dans ce domaine des pathologies bucco-dentaires que HEKLA LAVA est utilisé régulièrement par de nombreux homéopathes. Les indications découlent de l’observation de WILKINSON sur le cheptel ayant brouté l’herbe du Mont Hekla, et sur les utilisations rapportées par Constantin HERING.

Ostéites du nez ; de la cloison nasale.
Polypose nasale.
Tumeurs des sinus ou de la parotide.
Sinusites.
Névralgie faciale touchant les nerfs maxillaires sup. ou inf.
Exostoses maxillaires inférieures.
Hypertrophie de la mâchoire.
Caries dentaires ; caries précoces chez les enfants.
Douleurs dentaires après soins dentaires.
Dents sensibles à la pression.
Douleurs névralgiques dans les cavités d’où les dents ont été extraites.
Séquelles douloureuses ou non-cicatrisation après extraction dentaire.
Fistules dentaires ; fistules osseuses des os de la face.
Abcès dentaires ; abcès des racines ; abcès des gencives en relation avec des dents cariées.
Pyorrhée alvéolodentaire.
Troubles locaux et généraux liés à une poussée dentaire.
Tropisme particulier pour les canines (dent de l’œil) et leur retentissement au niveau de l’œil et des sinus.
Adénopathies cervicales dures et sensibles.

Appareil locomoteur
Atteintes sacro-iliaques ou coxo-fémorales.
Tumeurs osseuses, infectées (ostéites) ou pas.
Rachitisme des membres inférieurs (incurvation des os).
Tumeurs bénignes des pieds.
Cancers des os ; sarcomes.
Ostéomalacie.
Inflammation des veines ; phlébites ; varices (proche de Calc-fl. et Fl-ac.).

Les modalités rapprochent HEKLA de RHUS-TOX.
Agg. au début du mouvement ; amél. par le mouvement continué.
Agg. au repos ; par la pression ; assis.

Le Dr Robert Séror, d’Oloron-Sainte-Marie, a confirmé et précisé certaines indications anciennes de HEKLA LAVA : épine calcanéenne et apophysite tibiale antérieure de croissance (Osgood-Schlatter), qui sont similaires à des exostoses. Je reprends ici le travail de Séror (cf. bibliographie).

Epine calcanéenne
R. Séror en distingue deux sortes :

L’épine calcanéenne de l’adulte jeune
C’est un sportif de 40 à 50 ans pour qui la marche est devenue pénible voire impossible tellement il souffre. La douleur, comme si on avait un gravier dans la chaussure, est occasionnée par la prolongation de la marche (marche sportive, en montagne).

L’épine calcanéenne du sujet âgé
Il s’agit d’un patient de 70 ans et plus qui souffre d’un ou des deux talons, dès le lever. Cette douleur disparaît au bout d’une ou deux heures d’activité, pour réapparaître si le sujet marche longuement. Cette douleur comporte deux éléments : une ostéophytose arthrosique du calcanéum, et une inflammation de la voûte plantaire, assimilable à une tendinite.

Dans ces deux cas, la thérapeutique sera la suivante :

Hekla lava 4 CH, 2 granules 3 fois par jour, 3 à 6 mois. Diminuer les prises si amélioration de la douleur, ou si une aggravation apparaît après une amélioration. Robert Séror précise qu’il ne faut en aucun cas utiliser la T.M., ni une haute dilution : risque de pathogénésie.

Selon l’auteur, un tel traitement guérit l’épine calcanéenne dans 95% des cas. En cas d’échec, on peut utiliser Hekla lava 4 CH en trituration au 1/10ème, un paquet N°120 deux fois par jour, 5 jours sur 7, durant plusieurs mois.

Chez le sujet âgé, un traitement d’action général est nécessaire pour le terrain rhumatismal, mais Hekla peut soulager le patient en gommant sa douleur.

N.D.L.R. : On peut mentionner aussi la Maladie de Sever, qui est une épiphysite de croissance de la partie postérieure du calcanéum. Rencontrée chez de jeunes sportifs un peu trop actifs, on risque de la confondre avec une tendinite d’insertion du tendon d’Achille.

Apophysite tibiale antérieure
C’est une apophysite de croissance, encore appelée Maladie Osgood-Schlatter. Dans de rares cas, l’adolescent souffre de la rotule : il s’agit de la Maladie de Kohler ou ostéochondrose de l’épiphyse primitive de la rotule. Dans les 2 cas, les radios peuvent montrer un noyau d’ossification fragmenté.

Rubriques approchantes du Répertoire de Kent :
Membres, inflammation du tibia
Membres, tumeurs ; tuméfactions
Membres, exostoses, tibia

Le Répertoire de Knerr (répertoire des Guiding symptoms de Hering) comporte une rubrique :
Jambes, exostoses, sur le tibia : Calc-p., Hekla.

Traitement de la Maladie d’Osgood-Schlatter :
Hekla lava 4 CH, 2 granules 3 fois par jour, 5 jours par semaine durant plusieurs mois, avec cessation de tous les sports.

R. Séror indique d’autres possibilités consistant à alterner deux médicaments :

Chez l’adolescent phosphorique : 1er mois Hekla lava 4 CH, 2ème mois Calcarea phos. 4 CH, 2 gr. 3 fois /j, 5 j/7.

Chez l’adolescent fluorique : 1er mois Hekla lava, 2ème mois Aurum mur.

Autres tropismes : thorax, lactation, digestion, peau, marasme, psychisme
Douleurs thoraciques.
Suppression de la sécrétion lactée.
Colite, gastrite.
Peau : actinomycose.
Amaigrissement, marasme, chez les enfants.
Epuisement.
Hekla lava n’a pas à ce jour de symptômes mentaux clairement affirmés.


Histoire des éruptions du volcan Hekla
C’est l’un des plus hauts (1491 m environ) et des plus actifs parmi les nombreux volcans d’Islande. Situé à l’extrémité SE de l’île, il s’étale sur environ 40 km de long. Une fissure de 5,5 km de long fend le sommet. Le volcan est souvent actif tout au long de cette fissure lors des grosses éruptions. D’importantes éruptions explosives dans les temps historiques ont déposé des scories dans toute l’Islande, permettant de dater les éruptions des autres volcans de l’île. La lave s’écoule depuis l’éruption initiale qui remonte historiquement à 1104. Elle couvre la plupart des flancs du volcan. Cette première éruption fut une des plus fortes de l’histoire de l’Islande, suivie d’une vingtaine d’autres dont beaucoup ont été violentes. Douze éruptions ont provoqué des dommages matériels, et trois ont été meurtrières. Depuis 7000 ans, le Mont Hekla a connu cinq grosses fissures éruptives. Les plus fortes éruptions remontent à 4000 ans et 2800 ans en arrière. Cette dernière a recouvert environ 80% du pays de 12 km3 de scories. On a même retrouvé des traces en Scandinavie.

La dernière éruption a eu lieu en l’an 2000. Des photos vues sur Internet montrent des colonnes de fumée et de cendres montant du versant sud du volcan. En s’approchant, on peut voir la neige noircie par les cendres, et des coulées de lave noire sur le versant nord.


Comparaisons
Les remèdes les plus proches sont : SIL., CALC., CALC-P., HEP., Solanum malacoxylon (voir, concernant ce dernier remède, l’étude de Alain Horvilleur sur le site Internet du Glem).


Cas cliniques

Hering
Cinq cas rapportés par Constantin Hering dans les Guiding Symptoms.

Burnett
Dans son ouvrage " Cinquante raisons d’être homéopathe " traduit par Pierre Schmitt, Burnett rapporte un cas d’exostose du calcanéum chez une jeune fille qui avait par ailleurs des dents en mauvais état et des engelures.

Louis Mathieu (Ecole Dauphiné-Savoie d’Homéopathie), 2001.

Cas n°1 : tuméfaction douloureuse du palais
Femme de 35 ans, tuméfaction du palais de la grosseur d’un pois, récente, située à mi-distance entre la deuxième molaire et la ligne médiane, avec une sensation de meurtrissure. L’examen montre une tuméfaction qui roule sous le doigt, avec inflammation locale.
Traitement : HEKLA LAVA 3 CH, 3 granules 3 fois par jour, 3 semaines.
Résultat : la tuméfaction est partie en 8 jours.

Cas n°2 : excroissance dans le sillon gingivo-jugal
Jeune-fille de 15 ans, soignée pour une acné avec Silicea, signale " comme un abcès à l’intérieur de la bouche ". L’évolution est variable, mais toujours indolore. La tuméfaction a été opérée, mais elle est revenue. A l’examen : excroissance dans le sillon gingivo-jugal.
Traitement : HEKLA LAVA 3 CH, 3 granules 2 fois par jour.
Résultat : 8 semaines plus tard, la " boule " a disparu. Au toucher, il reste un tout petit noyau dur.

Cas n°3 : hallux valgus, prévention de la douleur post-opératoire
Femme de 41 ans vue avant une opération pour hallux valgus.
Traitement : ARNICA XM K, 1 dose la veille de l’opération et HEKLA LAVA 3 CH, 3 granules matin et soir après l’opération.
Résultat : n’a pratiquement pas eu de douleurs en post-opératoire immédiat et lointain, contrairement à ce qu’avait prédit le chirurgien.
Conclusion de L. Mathieu : ça ne prouve rien ! (Mais la patiente est contente).

Cas n°4 : épine calcanéenne
Femme de 73 ans souffrant d’une douleur du talon droit qui la fait boiter. La radio montre une épine calcanéenne. La patiente est d’autant plus embêtée qu’elle fait partie d’un club de randonnée pédestre.
Traitement : Le traitement de fond supposé est d’abord prescrit : Calcarea carbonica 7, 9, 15 CH. En l’absence de résultat un mois après, Calcarea est donné en cinquante-millésimale : LM3, 10 gouttes tous les jours. Trois mois plus tard, résultat nul. HEKLA LAVA 3 CH, 3 granules 2 fois par jour.
Résultat : disparition des douleurs en 10 jours. Quatre mois plus tard, le résultat se maintient.

Autres cas où Louis Mathieu a prescrit HEKLA LAVA
Sinusite ; abcès dentaires (3 cas) ; arthrite dentaire ; kyste salivaire ; trismus.


HEKLA LAVA : revue critique de la littérature

JULIAN
Dans son Dictionnaire de Matière Médicale Homéopathique, JULIAN nous livre une monographie d’HEKLA LAVA bien décevante. En effet, après avoir signalé qu’il ne semble pas y avoir eu de véritable expérimentation homéopathique de ce remède, JULIAN rapporte l’auto-expérimentation de Mc IVOR, et intègre les symptômes de cette auto-expérimentation dans sa matière médicale. Il en résulte que la matière médicale de JULIAN est beaucoup plus riche, concernant HEKLA, que celles des auteurs antérieurs… Nous allons voir hélas que Mc IVOR n’a pas expérimenté HEKLA, mais une autre substance ! La monographie de JULIAN sur HEKLA est donc à mettre au rebut.

Mc IVOR
Le point principal à retenir de cet article (cf. réf. biblio) est que la substance expérimentée par ce dentiste néo-zélandais, est une cendre volcanique d’Auckland, récupérée à une quinzaine de cm de profondeur, et atténuée jusqu’à la 6ème D.H. L’auteur lui-même, souligne la différence notable entre les deux souches et entre les deux pathogénésies (Hekla et Auckland), alors qu’il s’attendait à plus de similitude. En particulier les cendres volcaniques d’Auckland provoquent de nombreux symptômes oculaires, cutanés et cardiaques qui ne sont absolument pas présents dans la pathogénésie d’HEKLA.

A oublier donc pour le moment.

ALEEM
L’absence de symptômes mentaux dans la matière médicale d’HEKLA LAVA est terriblement frustrante pour nos générations d’homéopathes. Un remède sans psychisme serait un peu comme un malade sans tête. Je veux dire sans ressenti, sans souffrance morale ni joie, sans peurs… et sans reproches ? La recherche de Mohammed ALEEM (cf. biblio), suscite donc notre curiosité.

L’auteur rapporte quatre cas cliniques où le leitmotiv est le suivant : HEKLA LAVA convient à des patients qui entrent soudainement dans une violente colère, comme un volcan éteint entre en éruption.

Cas n°1 : Ostéosarcome de la jambe droite
Patient opéré il y a 7 ans, réopéré d’une récidive il y a 5 mois mais la douleur revient. Cet homme de 32 ans raconte comment, alors qu’il se promenait tranquillement sur une route avec son frère, un groupe d’hommes armé est soudain sorti de nulle part, et a commencé à tirer sur son frère. Le frère s’est écroulé immédiatement, mort. Le patient dit avoir ressenti alors comme une éruption volcanique surgissant du plus profond de son être. Et en même temps il sentit une douleur atroce dans le haut de sa jambe gauche. L’ostéosarcome se développa ensuite à cet endroit. Ultérieurement il eut la même sensation d’éruption volcanique avec la même douleur dans la jambe, à plusieurs reprises, lorsqu’il était contrarié. Cet homme piquait de violentes colères, explosives, volcaniques. Il était alors capable de dire les pires méchancetés à son interlocuteur, ou de le frapper. En dehors de ces épisodes, l’homme était calme, doux, et il avait l’air vraiment gentil.
Le patient a parlé d’éruption volcanique. ALEEM, faisant la relation avec la tumeur osseuse, prescrit HEKLA LAVA 30, deux granules toutes les trois heures jusqu’à résolution de la douleur. En trois jours l’amélioration est très nette et le malade peut stopper les prises d’antalgiques. La suite est inconnue : HEKLA a fonctionné à deux reprises, mais ensuite le malade a été perdu de vue.

Cas n°2 : Peau craquelée au visage
Homme de 28 ans. Une nuit, il est réveillé par une intense brûlure au visage. En se regardant dans une glace, il constate que la peau de son visage est craquelée, fissurée. Sur les fissures se forme bientôt une croûte fragile, " cendrée ". C’est un homme très sensible aux remarques, aux critiques et à l’injustice. Habituellement calme et doux, il devient extrêmement violent quand on le provoque. Mais il a l’habitude de rentrer ses colères.
D’après l’expérience du cas précédent, HALEEM administre HEKLA LAVA 30, 3 fois par jour, 7 jours, placebo 1 mois. En 5 jours la douleur brûlante disparaît, la peau se normalise en 2 semaines. Ce cas confirme l’idée consécutive au premier cas : colères volcaniques.

Cas n°3 : Ulcère du duodénum
Femme de 38 ans. Douleur brûlante de l’estomac depuis 3 mois, douleur à début et fin soudaine. Les épisodes sont déclenchés par de violentes altercations avec son mari. La patiente devient alors " hystériquement violente ", jetant des livres ou des assiettes sur son mari. HEKLA LAVA 30, 3 fois par jour pendant 2 semaines. Les épisodes ont diminué d’intensité, se sont espacés, et ont disparu.

Cas n°4 : Gale
Garçon de 10 ans atteint de " gale ". Douleur brûlante, intense, qui débute et finit soudainement. Cet enfant tout à fait calme ne supporte absolument pas la contradiction, qui le rend très irritable. Gentil à l’extérieur, il est cassant et violent à la maison. HEKLA LAVA 30, 2 granules toutes les 3 heures. En 3 jours la douleur cesse. Le traitement est poursuivi avec du placebo, et l’éruption guérit en 10 jours.

Conclusions de l’auteur : Essence = soudaineté, violence et brûlure.
Etiologie : choc, indignation, suppression d’émotion, particulièrement la colère.
Psychisme : personnes calmes, mais irritables au plus haut degré quand on les provoque. Violente colère, blesse les autres par des mots et des gestes agressifs. Il blesse les autres moralement et physiquement. Sensible aux réprimandes et injustices envers lui ou autrui. Abrupt, cassant.
Généralités : les symptômes apparaissent et disparaissent soudainement.
Sensation : intense brûlure.
Tous les symptômes sont violents.
Indications : tumeurs, ulcères, craquelures et fissures. Croûtes " cendrées " (furfuracées), fragiles.
Relations médicamenteuses : BELLADONNA, STAPHYSAGRIA, PROTEUS.


HEKLA LAVA, information, thoughts and meditations – auteur ? ? ?
Ce curieux article, déniché sur Internet grâce au moteur de recherche " google ", n’est pas signé. Cet auteur, gêné par l’absence de symptomatologie psychique pour HEKLA LAVA, a réalisé une expérimentation, en vue de trouver " l’essence " du remède. Hélas au lieu d’utiliser une méthode de proving classique, il a fait une " concentration-méditation ". Plus précisément, l’auteur a insufflé l’idée du remède dans un support liquide, grâce à une méditation sur le remède et les images que ce remède évoquaient pour lui. Ces images : vent, vent glacé qui souffle sur la lande, une fine poussière volcanique pénètre et perturbe. Elle obstrue les petits vaisseaux et durcit. Elle ne peut plus s’enlever sans violente éruption.

Un patient souffrant de maux de dents a été soulagé avec la dynamisation MK préparée à partir de la souche ainsi préparée. L’auteur a ensuite demandé à sa compagne et à sa fille de prendre le flacon de HEKLA LAVA 1M dans la main, et de dire ce qu’elles ressentaient.

La conclusion est surprenante. L’auteur avoue que le remède utilisé n’a aucune connexion matérielle avec HEKLA LAVA, mais qu’un proving classique aurait des résultats similaires au sien.

Je relève quelques mots dans les " révélations " des deux expérimentatrices :

Couleur bleue : marine ; turquoise foncé. Rivières bleues ; éclairs bleus. Feu et glace. Lion. Gouttes de pluie jaune. Poussière brune, poussière magique. Un grand champ d’herbe verte. Eclipse totale.

Picotements dans le ventre. Froid, frissonnement. Sensations d’expansion et de contraction (ventre). Bruits de cloches dans les oreilles.

L’article ne comporte pas de synthèse… On reste dubitatif et sur notre faim quant à une éventuelle " essence " d’HEKLA LAVA.


Bibliographie
ALEEM Mohammed – Homoeopathic Links – 1/1994, p. 39-40.
BARBIER P. – Homéopathie. Petits remèdes retrouvés. 50 ans de pratique – Paris : Maloine, 1994
CLARKE J.H. – A Dictionnary of Practical Materia Medica – Jain Publishing – New Delhi 1978.
GUERMONPREZ M./PINKAS M./TORCK M. – Matière Médicale Homéopathique – 2è édition – Ste Foy lès Lyon : Boiron, 1997.
HERING C. – The Guiding Symptoms of the Materia Medica – Jain Publishing – New Delhi 1971.
HODIAMONT G. – Nouvelles Etudes d’Homéopathie – Similia, Paris 1984.
JULIAN (O.A.) – Dictionnaire de Matière Médicale Homéopathique. Les 130 nouveaux remèdes homéopathiques – Paris : Masson, 1981.
Mc IVOR (E.G.) – A proving of volcanic soil – Journal of the American Institute of Homeopathy, 1976, 149-152.
SEROR Robert - Hekla lava montis, pathogénésies de l’an 2000 – Internet - Homéopathie Internationale - www.homeoint.rog/seror/pathog/heklalav.htm
Sur Internet encore : HEKLA LAVA, information, thoughts and meditations – www.btinternet.com/wellmother/heklalava.htm - l’auteur n’a pas révélé son nom…
SYNTHESIS RADAR – Logiciel distribué par Codis, 25 r de l’Eau Vive 5020 Namur, Belgique.

Un merci tout particulier à Florence LUCAS - Centre de documentation DOLISOS, Z.I. La Plaine, 6 rue Brindejonc des Moulinais, 31500 Toulouse.

Auteur: Dr. François Gamby, E.H.H.D.S.
Article présenté au Congrès Trobada d'Oc - Collioure 2001.
Source: http://homeoint.org/dynamis/collioure01/heklalava.htm